Accès E-Business

NATIC Magazine | E-Business

E-Business : Actualité Scientifique, Technologique et Internationale

Publié dans Politique

Gabon : (Séraphin Moundounga) « Ali Bongo Ondimba ne possède aucun patrimoine immobilier en France »

jeudi, 28 avril 2016 16:39 Écrit par  Agence Ecofin
Séraphin Moundounga - 2ème vice-Premier ministre du Gabon en charge de la Justice et des droits Humains Séraphin Moundounga - 2ème vice-Premier ministre du Gabon en charge de la Justice et des droits Humains

Séraphin Moundounga, le 2ème vice-Premier ministre du Gabon en charge de la Justice et des droits Humains, a réagi ce mercredi dans un communiqué sur la récente saisie en France des biens supposés du président Ali Bongo Ondimba.

D’entrée, le ministre gabonais en charge de la Justice précise que c’est depuis 2007 qu’une action en justice a été introduite en France, portant sur des biens appartenant à feu le président Omar Bongo Ondimba et non au président Ali Bongo, en poste. « Il est à rappeler que les biens visés par la procédure française ne concernent en rien le Président de la République gabonaise », martèle-t-il à cet effet. Il poursuit : « Est-il nécessaire de préciser que le président de la République, chef de l’Etat, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, ne possède aucun patrimoine immobilier en France et reste déterminé, une fois la saisie conservatoire levée, conformément aux règles de procédure en la matière en France, à mettre tous les biens pour lesquels il s’est engagé, il y a bientôt un an, avant la mesure de saisie, au service de l’intérêt général ».

Selon Séraphin Moundounga, le patrimoine matériel et immatériel légué par  feu le président Omar Bongo Ondimba, est le fruit de ses investissements personnels car, « il est démontré, côté gabonais, que tous les acquis au Gabon et en France de ce haut dirigeant du Gabon ont été réalisés sur ses fonds propres et ne provenaient nullement des deniers publics ». Le Garde des sceaux du Gabon révèle que des instructions ont été données au gouvernement pour se constituer partie civile dans l’affaire pendante devant les juridictions françaises. Ceci aux fins de mieux garantir les intérêts du peuple gabonais à travers la mise en œuvre transparente de la convention du 23 juillet 1963, entre la France et le Gabon sur l’entraide judiciaire, pour une manifestation de la vérité, dans le respect du principe, d’ordre public international, de l’égalité souveraine des Etats.

Pour mémoire, la Justice française a saisi, il y a cinq jours, des biens immobiliers de la famille présidentielle gabonaise cédée le 17 août 2015, au profit du peuple gabonais. « Les formalités de leur cession à l’Etat gabonais se poursuivent et iront jusqu’à leur terme », rassure Séraphin Moundounga. Au Gabon, le transfert de propriété, à l’Etat, des biens concernés, est effectif et le système universitaire gabonais va désormais s’enrichir, avec l’ouverture d’une nouvelle université, dans l’important domaine situé au 1er arrondissement de la commune de Libreville, à côté de la zone dite « Camp de Gaulle ».

 

http://actualite.natictechnologies.com/images/banners/banniere_cabinet%20dentaire.jpg

Lu 626 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire