Accès E-Business

NATIC Magazine | E-Business

E-Business : Actualité Scientifique, Technologique et Internationale

Publié dans Energie

Le Maroc dévoile sa feuille de route de lutte contre le changement climatique à la conférence de Bonn

mardi, 17 mai 2016 17:58 Écrit par  Agence Ecofin

Le financement du climat, l’adaptation de l’agriculture africaine au changement climatique et la lutte contre l’avancée du désert sont les actions par lesquelles le Maroc compte apporter sa pierre à l’édifice du maintien du réchauffement climatique en dessous de 2°C.

C’est ce qu’a révélé Salaheddine Mezouar (photo), le président du comité de pilotage de la COP 22, lors de la 44ème session des organes subsidiaires des Nations-Unies sur les changements climatiques. Le royaume compte y parvenir en accélérant et en facilitant l’octroi des financements aux projets d’adaptation aux effets du changement climatique et d’atténuation de ces derniers. Le soutien des projets relatifs, entre autres, à la séquestration du carbone dans les sols, dans les pays vulnérables notamment, et le renforcement des compétences, le transfert des technologies et la transparence dans les systèmes de lutte contre l’avancée du désert, seront également mis à contribution pour la mise en œuvre de cette feuille de route.

Le Maroc accueillera, du 7 au 18 novembre prochain, la 22ème conférence des parties (COP 22) dont la mission sera de permettre l’adoption des procédures et mécanismes de concrétisation de l’objectif fixé lors de la COP 21. C’est en prélude à ces assises qu’ont lieu les négociations de Bonn qui poseront les premiers jalons pour la traduction des différents engagements pris par les pays en mesures concrètes. « Notre défi dorénavant consiste à rendre opérationnel l’Accord de Paris : de transformer les contributions prévues déterminées au niveau national en politiques publiques et programmes d’investissement en faveur de l’atténuation et de l’adaptation et de tenir nos promesses. », peut-on lire dans une note adressée aux négociateurs par la France qui a présidé la dernière conférence des parties.

Ces différentes contributions devront, d’ailleurs, être rehaussées car, en l’état actuel des choses, elles permettent un réchauffement compris entre 2,9°C et 3,1°C, par rapport à l’ère préindustrielle. A cet effet, 43 des pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique, réunis au sein du Climate Vulnerable Forum, ont tenu à préciser « L’objectif de l’accord de paris de contenir la hausse des températures "nettement en dessous de 2°C" ne peut pas et ne doit pas signifier 1,9°C ou 1,8°C ou 1,7°C. Notre objectif, c’est 1,5°C et nous nous sommes engagés à agir de façon à y parvenir.»

Lu 990 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire